Un certificat d’authenticité pour vos œuvres ?

Bravo, vous venez d’effectuer une vente ! Mais petit moment de panique, l’acheteur vous demande s’il peut avoir un certificat d’authenticité avec son œuvre. Et vous ne savez pas bien comment faire, s’il y a des obligations légales dans la forme, le contenu… Bien sûr, vous répondez par la positive à votre client. Vous allez très vite le lui faire parvenir. La bonne nouvelle, c’est qu’établir un certificat d’authenticité n’a rien de sorcier ! Voici ce que vous devez savoir pour rédiger un document à la hauteur de l’œuvre que vous vendez.

seal, wax, red

Le certificat d’authenticité, kezako ?

Le certificat d’authenticité n’est pas obligatoire lors d’une vente. Mais les acheteurs y attachent de l’importance, car ce document valorise leur acquisition. Le certificat sert avant tout à identifier l’auteur de l’œuvre et à prouver que celle-ci est bien originale et authentique. Vous le joignez avec la facture. Ce document est signé de préférence par l’artiste, mais il peut l’être aussi par ses ayant-droits si l’artiste est décédé, ou par la galerie qui vend l’œuvre. Il n’y a qu’un seul certificat par œuvre, il accompagne celle-ci au gré des ventes et reventes.

Comment le rédiger ?

Il n’y a pas de formalisme particulier concernant le support ou le texte du document. Vous êtes libre des mentions indiquées, de leur présentation. Mais soigner la mise en page de ce document montrera votre professionnalisme et confortera votre crédibilité.

Pour que l’efficacité du certificat soit optimale, vous devez indiquer :

  • votre nom d’artiste,
  • le titre de l’œuvre,
  • les dimensions,
  • le support,
  • les techniques,
  • l’année de réalisation.

Vous pouvez préciser l’emplacement de la signature (sur le devant à droite, au dos de l’œuvre, etc.). Pour éviter toute confusion, vous ajoutez une photo de l’œuvre. Enfin, vous datez et signez le document. Dans le cas d’œuvres originales multiples, comme des photographies, des gravures, vous indiquez le nombre d’exemplaires réalisés et le numéro d’édition.

Ce qu’on n’indique pas sur un certificat d’authenticité

  • Ne marquez pas le nom de l’acheteur, car le certificat est unique et accompagne votre œuvre : on ne le réédite pas à chaque vente.
  • N’indiquez pas le prix pour les mêmes raisons.
  • Enfin ne précisez pas votre numéro de Siret, de sécurité sociale, de numéro d’ordre à la Maison des artistes… Les informations administratives sont plutôt destinées à la facture…

Sur quel papier, quel format ?

Un certificat d’authenticité se conserve des années, il faut donc opter pour un papier de qualité sans acide. Comme il est en quelque sorte votre signature d’artiste, autant soigner sa présentation. Choisissez une police de caractère originale, des éléments décoratifs spécifiques. Si vous n’avez pas d’idée pour la maquette, vous pouvez vous inspirer des modèles de certificats divers sur le site canva. Des sites payants vous permettent d’éditer facilement vos propres certificats, comme Artcertificate ou Expositionpeinture.com

Comment le rendre infalsifiable ?

Premier conseil antifraude : ne collez pas votre certificat au dos de l’œuvre, car si celle-ci est volée, le voleur aura également votre attestation. Ne simplifiez pas la tâche aux mauvais plaisants !

Le certificat étant un document unique qui atteste de l’authenticité d’une œuvre, il ne doit pas être facilement reproductible. Choisissez par exemple un papier spécifique ou à filigrane pour l’imprimer. Vous pouvez aussi y embosser votre sceau d’artiste avec une pince à gaufrer (en vente par exemple sur le site tootampon).

Autre solution : les certificats avec un hologramme numéroté proposés par la société Hahnemühle. Vous collez un timbre hologramme au numéro identique au dos de l’œuvre. La société ARTtrust, quant à elle, a conçu un système de scellé à bulles, destiné à être collé au dos de l’œuvre et/ou sur le certificat. En scannant son QR code, on accède à la base de données du site, qui permet de vérifier l’authenticité de l’œuvre.

Téléchargez un modèle !

(cliquez sur l’image pour la charger en grand format)

Bonnes idées !

Et vous, proposez-vous des certificats d’authenticité ? Comment les réalisez-vous ?
Avec quels logiciels ? Utilisez-vous des sites internet spécialisés ? Des techniques spécifiques, comme les hologrammes ?
Partagez vos bonnes idées, vos réflexions en commentaires !

1 réflexion sur “Un certificat d’authenticité pour vos œuvres ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Ce contenu est protégé !!

Téléchargez le Guide GRATUIT des 100 sites indispensables pour les artistes

Dans ce guide pdf, j’ai recensé plus de 100 sites internet très utiles : matériel moins cher, services d’impressions ou d’encadrement, conseils aux artistes, comptabilité en ligne, etc… Très pratique : les liens sont cliquables et directement accessibles !