Vendre son art en ligne : Kazoart, Singulart et les autres…

La crise du Covid a entraîné l’annulation des foires et des marchés d’art, la fermeture des centres d’art. La conséquence a été une baisse drastique des revenus des artistes empêchés de vendre leur art en direct. Pour s’affranchir des contraintes du lieu d’exposition, proposer ses créations sur des sites de vente d’art en ligne devient une solution très séduisante. Voici ce qu’il faut savoir avant de vous lancer !

vente, ordinateur, peinture

Préambule : pourquoi vendre sur internet  ?

D’année en année, la vente d’art en ligne se développe. C’est un moyen de sélection et d’achat de plus en plus utilisé par les collectionneurs. La crise sanitaire a accentué cette tendance, permettant de pallier la fermeture des espaces physiques. De nombreuses galeries ont ainsi créé une vitrine marchande sur leur site internet ces derniers mois. Même la FIAC, la célèbre foire, s’y est mise. Elle a organisé une « boutique » éphémère en ligne pendant quelques jours en mars 2021. Plus de 200 galeries présentaient une sélection d’œuvres avec leur prix affiché, ce qui n’est pas si fréquent en art contemporain.

Selon le rapport Hiscox 2019 sur le marché de l’art en ligne, 44 % des acheteurs d’art déclarent avoir acquis des œuvres d’art en ligne en 2019. 21 % des sondés manifestent même leur préférence pour cette forme d’achat. Les montants dépensés peuvent être assez conséquents, même si les collectionneurs privilégient les œuvres à moins de 5 000 dollars. Autre chiffre donné quant à lui par la plateforme KAZoART concernant le panier moyen des clients. À la création du site, il était aux alentours de 300 euros, il atteint désormais 1 000 euros. Signe que les amateurs d’art n’hésitent pas à acquérir des œuvres d’un certain prix alors qu’ils ne les ont vues que de manière virtuelle.


Les places de marché de l’art

Si vous souhaitez tenter l’aventure de la vente d’art en ligne, il existe de multiples moyens de procéder. Je vais parler ici des plateformes de vente d’art en ligne. On appelle aussi ces sites places de marché (marketplace en anglais), car ils permettent de mettre en relations des vendeurs (les artistes, les galeries) et des acheteurs (les amateurs d’art). L’avantage de ces plateformes, c’est qu’elles disposent d’une énorme puissance de feu marketing. Pour preuve, si vous faites une recherche Google sur un artiste, vous verrez que c’est souvent la page le concernant sur ces galeries en ligne qui apparaît dans les premiers résultats (s’il y est vendu).

En France, les plateformes les plus connues spécialisées en vente d’œuvres d’art accessibles aux artistes sont Kazoart, Saatchi art, Singulart, Artmajeur. On peut citer aussi ArtQuad, ARTactif… Quant à Artsper, ce site dédié aux galeries d’art contemporain référence désormais des artistes, à condition qu’ils ne soient pas déjà représentés par une galerie.

Page d’accueil du site KAZoART

Comment recrutent les galeries d’art virtuelles  ?

Les plateformes de vente en ligne ont deux politiques concernant la sélection des artistes. Certaines, comme Artmajeur, ArtActif, sont ouvertes à tous, d’autres nécessitent de passer le filtre d’un comité de sélection.

La première étape est de déposer votre candidature par l’intermédiaire d’un formulaire sur le site. On vous demande votre formation et parcours artistiques, un lien vers votre site d’artiste ou des exemples d’œuvres. Si vous êtes accepté, vous recevez une confirmation par e-mail dans un délai qui va de quelques jours à un mois… Les équipes des sites de vente d’art sont également à l’affut des talents. Elles espionnent leurs concurrents, surfent sur le web. Elles peuvent directement entrer en contact avec vous pour vous recruter.

Page de l’artiste Franck Le Boulicaut sur Singulart (voir interview plus bas)

Premiers pas pour vendre son art en ligne

Si votre candidature est acceptée, un espace dédié vous est créé sur la plateforme, auquel vous avez accès par un code de connexion. C’est à vous de remplir votre profil. Vous fournissez une photo de vous, une biographie détaillée, un texte sur votre démarche… Vous complétez par votre formation, vos expositions.

=> Il vaut mieux écrire vos éléments de présentation à la troisième personne, comme si un critique d’art ou un journaliste les avaient rédigés.

Ensuite, vous alimentez votre page en proposant des œuvres à vendre. Selon les sites, les procédures et les détails demandés diffèrent. Le point clef est la photo de l’œuvre présentée, qui doit être impeccable. Elle doit montrer l’œuvre dans son entier, sans éléments perturbateurs (pas de reflet, pas d’ombre, pas de filigrane ou de date incrustée), respecter ses couleurs. Elle doit être parfaitement centrée et rognée (pas de mur autour). La plupart des sites vous proposent d’ajouter, en plus de cette photo principale essentielle, des photos complémentaires : détails en gros plan permettant de voir la matière, dos de l’œuvre (ou ses différentes facettes si elle est en trois dimensions), photo de l’œuvre mise en situation…

=> Vous souhaitez vendre une peinture ou une photographie encadrée ? La photo principale est réalisée sans cadre. Vous présentez l’œuvre encadrée dans une photo complémentaire. Pour les sculptures, n’oubliez pas de les montrer avec leur socle, si elles en ont.

En plus des photos, vous devez indiquer de nombreux détails sur votre œuvre : dimension, technique, année, titre, nombre d’exemplaires, etc. Certains sites vous demandent d’ajouter des mots-clefs pour aider au référencement. Vous pouvez aussi écrire un texte (c’est même très conseillé) où vous présentez votre œuvre, votre source d’inspiration, bref tout ce qui peut intéresser un acheteur éventuel.

Vous l’aurez compris, enregistrer une œuvre sur un site prend du temps, sans compter les prises de vue de vos œuvres et les retouches photos. Et il ne faut pas penser qu’une fois que vous avez mis dix œuvres, votre tâche est terminée ! Il faut alimenter régulièrement votre compte pour créer un intérêt. Une à deux œuvres par mois constitue une bonne moyenne.

logo, Guide de l'artiste, palette

Les autres façons de vendre son art en ligne…

  • Vendre ses œuvres sur son propre site internet
  • Créer une boutique sur Facebook et Instagram
  • Vendre sur des places de marché plus généralistes, comme Amazon Handmade ou eBay
  • Vendre sur des sites d’enchère en ligne comme Catawiki

Quel est le rôle de la marketplace  ?

La plateforme, quant à elle, s’occupe de la promotion de vos créations. Elle peut ainsi présenter votre travail dans les newsletters qu’elle envoie à son réseau de collectionneurs, dans les sélections thématiques qu’elle propose sur sa page d’accueil.

Si vous commencez à vendre, vous serez alors régulièrement mis en avant. Si vous n’avez pas cette chance, ce ne sera sans doute pas le cas. Votre travail risque d’être noyé dans la masse du catalogue. Si le site prend une commission sur vos ventes, les acheteurs ne peuvent pas entrer directement en contact avec vous. C’est la plateforme qui assure l’interface. Elle vous informe de la vente, vous confirmez la disponibilité de l’œuvre. Vous vous occupez de l’empaqueter dans les règles de l’art. Certains sites se chargent du transporteur et prennent en charge ce frais. Pour d’autres, c’est à vous de vous en occuper.

Et c’est gratuit  ?

Dès qu’il y a possibilité de vendre, le service proposé par les plateformes n’est pas gratuit. Chacune possède ses propres règles. Certaines proposent une inscription gratuite et se rémunèrent ensuite en pourcentage sur les prix de vente. D’autres fonctionnent par abonnement mensuel, avec ou non un pourcentage sur les ventes. Quand il y a un pourcentage, l’amateur d’art paye la plateforme en ligne, qui vous règle votre part une fois le délai de rétraction du client passé. Quand aucun pourcentage n’est prélevé, votre client vous paie directement avec les modes de règlement que vous lui proposez. Les tarifs des plateformes sont extrêmement variables. Je vous propose un tableau en bas d’article pour vous y retrouver


logo, Guide de l'artiste, palette

Mes 5 conseils pour choisir sa plateforme

  1. Prenez le temps de surfer sur les sites, regardez quelles sont les œuvres présentées. Sont-elles d’un bon niveau ? Sont-elles bien mises en valeur  ?
  2. Testez le moteur de recherche des œuvres du site. Est-il simple d’utilisation et complet ? C’est de cette façon que les amateurs d’art qui ne vous connaissent pas trouveront vos œuvres. C’est donc un élément essentiel du site.
  3. Repérez des artistes que vous connaissez sur la plateforme. N’hésitez pas à les interroger pour savoir leur opinion, ce qu’ils apprécient et ce qu’ils aiment moins sur le site.
  4. Intéressez-vous aux « petits » détails du contrat. Vous les trouverez généralement dans les questions-réponses ou les conditions générales en bas de page du site. Par exemple, la plateforme s’occupe-t-elle du transport des œuvres, combien de temps met-elle pour vous régler ?
  5. Au début, ne multipliez pas les places de marché, car c’est une occupation chronophage. Choisissez-en une ou deux. Et alimentez-les régulièrement.

Parole d’artiste

« Je peux montrer mon travail dans le monde entier tout en restant dans mon atelier ! »

Stéphanie de Malherbe
Artiste-peintre
Découvrir son travail

Son petit conseil :

« Quand je vends une toile, je glisse toujours dans mon colis un petit mot sympathique, qui personnalise mon envoi. » 

« J’ai vécu 17 ans au Mexique et en Espagne. Quand je suis revenue en France en 2010, je n’avais plus de galerie, il fallait que je redémarre une nouvelle carrière. J’ai eu l’idée de montrer mes toiles sur internet. En 2014, j’ai commencé par le site Saatchi Art, qui a une ampleur internationale. Je n’étais alors pas dans une optique de vente et n’avais pas indiqué de prix. J’ai reçu un mail de Saatchi me disant que c’était dommage que je ne commercialise pas mes œuvres qu’ils appréciaient beaucoup. J’ai pensé que c’était un mail automatique, mais je me trompais.

Mon travail avait été vraiment remarqué par Rebecca Wilson, la créatrice du site. Cela a été une chance. Car mes œuvres sont sélectionnées dans la newsletter, dans les collections thématiques de Saatchi Art. J’ai aussi été invitée à exposer dans sa foire d’Art à Londres, ce qui était l’occasion de rencontrer une partie de l’équipe « en vrai » ainsi que d’autres artistes. Peu à peu, ces mises en avant ont fait boule de neige, j’ai commencé à vendre régulièrement.

De l’organisation

Je me suis ensuite également inscrite sur Singulart et Kazoart, qui m’ont eux-mêmes sollicitée. Par contre, je ne sais pas si je continuerai avec Singulart, car je trouve leur commission trop élevée, même si j’apprécie la façon dont ils présentent les œuvres. Sur mes différents sites, j’essaie de publier très régulièrement. En général, une fois par semaine ou tous les 15 jours. Cela demande du travail et de l’organisation. Mais cette assiduité montre aux plateformes que nous sommes actifs et que nous jouons le jeu. En retour, elles nous mettent davantage en avant, conseillent notre travail aux collectionneurs et gèrent parfois des commandes particulières.

Personnellement, j’apprécie beaucoup leur service, le fait qu’elles s’occupent de l’envoi des œuvres, de notre promotion. Il n’y a aujourd’hui pas assez de galeries pour exposer tous les artistes. Les plateformes nous permettent de présenter notre travail partout dans le monde, tout en restant chez soi. Je peux rester concentrée sur ma création. La vente en ligne est ma façon de vendre la plus régulière, environ trois toiles par mois, même si je vends aussi en galerie, et dans des expositions que j’organise. Je suis très reconnaissante à mes galeries en ligne de m’avoir permis de faire connaître et vendre mon art. Grâce à elles, je peux créer librement sans contrainte. »


logo, Guide de l'artiste, palette

Quelques exemples de tarifs de galeries en ligne

ARTactif                                            Site français pour artistes et galeries
5 millions de visiteurs mensuels
Inscription gratuite
Pas de sélection
Si l’on souhaite vendre, abonnement à 26 € TTC/mois (un an minimum)
+ 20 % HT de commission sur les ventes
ArtmajeurSite français
700 000 visiteurs uniques par mois
170 000 artistes inscrits
35 ventes par jour
Inscription gratuite
Pas de sélection
15 % HT (18 % TTC) sur les ventes
ArtsperSite français présentant galeries et artistes
500 000 visiteurs uniques par mois
50 ventes par jour
Sélection des artistes qui ne doivent pas être représentés par une galerie
Pour les artistes, abonnement standard à 39 € HT/mois (minimum 3 mois) ou 390 € HT/an
+ 30 % HT (36 € TTC) sur les ventes
(le lien pour le formulaire d’inscription n’étant pas facile à trouver, je vous le mets ici : artsper-inscription )
GalleaSite canadien en français et en anglais3 formules :
– gratuite avec 30 % HT de commission
– 10 $ HT/mois + 25 % de commission
– 50 $ HT/mois + 10 % de commission
KAZoART Site français
250 000 visiteurs par mois
Inscription gratuite
Sélection des artistes
36 % HT (43,20 % TTC) sur les ventes
Saatchi ArtSite américain en anglais
1,6 millions de visiteurs par mois
Pas de sélection
Commission de 35 % HT sur les ventes
SingulartSite françaisInscription gratuite
Sélection des artistes
Commission de 50 % TTC sur les ventes
(mais le site rembourse les frais d’emballage, ce que ne font pas les autres)
Informations données par les sites début 2021.

Parole d’artiste

« Il faut choisir des sites qui effectuent un vrai boulot de galeriste ! »

Franck Le Boulicaut
Artiste-peintre
Représenté par la galerie Soleil Art Gallery à Taipei (Taïwan)
Découvrir son travail

« Je suis inscrit sur de nombreux sites de vente en ligne. J’ai commencé en 2009 par une plateforme qui n’est pas très connue, Weonart, parce que je n’avais pas de site internet. J’y reste, car j’aime la réactivité de ses membres. Dès que je poste une œuvre, j’ai tout de suite des commentaires. Mais je n’y ai jamais rien vendu.

Je me suis ensuite inscrit sur ArtQuid, Armajeur, Saatchi Art, Kazoart, et Singulart. Quand je termine une œuvre, je la mets sur chacun de ces sites. Je n’enregistre qu’une seule photo de l’œuvre, pas de détail. Je n’en vois pas l’utilité, car ces sites proposent une fonction zoom. Pour aller vite, je crée un petit fichier avec toutes les informations de l’œuvre et les mots clefs. Je copie-colle ces données dans les formulaires des sites. Côté résultat, c’est très contrasté. Je n’ai vendu jusqu’à présent que sur deux sites : Kazoart (8 œuvres en 6 ans) et Saatchi Art (une œuvre).

Google le service minimum

Pour choisir une galerie d’art en ligne, je conseille de bien faire la distinction entre les sites “passifs” qui se contentent juste d’enregistrer les artistes, et ceux qui sont proactifs, comme Kazoart, Singulart, Saatchi Art. Ils promeuvent leurs artistes, envoient des newsletters. Il faut aussi regarder le référencement. Certains sites sont très bien indexés par Google, d’autres pas du tout. À quoi bon y être présent, si l’on reste dans l’entre-soi des membres de la plateforme ? Pour moi, l’indexation sur Google fait partie du service minimum. Artmajeur est par exemple très efficace sur cette question. Quand je rentre une œuvre sur le site, elle est référencée dans les deux heures par les moteurs de recherche.

Une belle visibilité

Autre critère de sélection : la gratuité de l’inscription. Le site doit se rémunérer uniquement sur les ventes, c’est la garantie qu’il effectue un véritable travail de galeriste. J’apprécie aussi quand le site publie les statistiques de notre page : quelles œuvres sont les préférées des internautes, combien avons-nous d’abonnés, etc.  

L’esthétisme de la page de présentation de nos œuvres est important. C’est bien de pouvoir les classer par thème et pas seulement par date d’enregistrement. Pour l’instant, à ma connaissance, seul Singulart a cette fonctionnalité. Même si Kazoart annonce l’intégrer dans le futur.

Pour résumer, je suis plutôt satisfait de ces plateformes. Elles ne génèrent pas un gros revenu pour moi, car je vends plutôt en galerie et en direct. Mais elles me donnent une belle visibilité.

Par contre, en réalisant cette interview, je m’aperçois que je dois faire le ménage dans mes plateformes. Je vais abandonner les “passives” pour me concentrer sur celles qui font vraiment leur boulot de galeristes ! »


Témoignages

Et vous, êtes-vous sur un site de vente d’art en ligne ?

Pourquoi avez-vous fait ce choix ? En êtes-vous satisfait ? Connaissez-vous d’autres sites de ventes d’art en ligne ? Quels conseils aimeriez-vous partager ?


4 réflexions sur “Vendre son art en ligne : Kazoart, Singulart et les autres…”

  1. Bonjour

    merci pour cet article bien documenté. Je suis également sur Art Majeur depuis des années et SaatchiArt
    Sur Singulart et Gallea, plus récemment.
    J’ai postulé pour Kazoart j’attends la réponse 🙂
    Pour le moment aucune vente nulle part.

    Il me semble qu’il y a une erreur pour Artsper.

    J’ai regardé sur leur site, n’ayant pas de galerie, j’aurais vraiment bien aimé pouvoir y présenter mes œuvres, puisqu’il y a une belle visibilité et que des œuvres s’y vendent.

    C’est possible de s’inscrire que pour les galeries.
    Certaines d’ailleurs en profitent, et proposent d’y mettre quelques œuvres, moyennant finances via un abonnement, elles peuvent ainsi se payer leur propre abonnement facilement. J’ai rencontré une galerie qui paie donc 99 €/mois et qui me proposait de payer 200€/mois pour y avoir 2-3 œuvres, avec une commission de 20% sur la vente…

    Merci pour vos articles
    Catherine

    1. Valérie Auriel

      Merci Catherine pour votre témoignage.

      Pas d’erreur pour Artsper. Je les ai personnellement contacté pour vérifier et je connais plusieurs artistes qui ont été sollicité par leurs services. Mais c’est vrai que sur leur site, il n’y a pas de lien direct pour déposer une candidature (ou alors je ne l’ai pas trouvé ;-). Je vais rajouter dans mon tableau le lien direct vers le formulaire… Vous me direz si cela fonctionne.

      Bonne chance pour Kazoart !

      Valérie

      1. Merci beaucoup Valérie 🙂
        j’ai vu le lien pour Artsper dans le tableau 👏🏻je vais donc envoyer ma candidature 🌟
        Effectivement je connais une artiste qui a été sollicitée directement par Artsper et qui a ainsi sa « page » d’artiste avec ses œuvres maintenant, elle était étonnée et ravie.
        J’ai été accepté sur Kazoart depuis🙂
        merci beaucoup pour ces informations
        Catherine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Ce contenu est protégé !!

Téléchargez le Guide GRATUIT des 100 sites indispensables pour les artistes

ebook gratuit

Dans ce guide pdf, j’ai recensé plus de 100 sites internet très utiles : matériel moins cher, services d’impressions ou d’encadrement, conseils aux artistes, comptabilité en ligne, etc… Très pratique : les liens sont cliquables et directement accessibles !