Toutes les ressources pour exercer sereinement votre art

Comment créer votre activité d’artiste auteur sur le guichet unique de l’INPI ?

Vous souhaitez vendre vos œuvres originales ? Pas le choix, il faut vous déclarer ! Je vous explique pas à pas comment créer votre activité d’artiste auteur sur le nouveau guichet unique de l’INPI, qui remplace les centres de formalités des entreprises…

Ce tuto remplace mon article précédant sur la création d’une activité d’artiste auteur auprès de l’Urssaf. En effet, depuis le 1er janvier 2023, un nouveau guichet administratif (virtuel) regroupe toutes les formalités liées à la vie d’une entreprise. Les centres physiques de formalité des entreprises (les CFE) disparaissent. Le site internet cfe.urssaf sur lequel on déclarait son début d’activité va disparaître au profit du guichet unique géré par l’INPI (Institut national de la propriété industrielle). Je vous explique pas à pas comment créer votre activité et éviter les pièges qui vous aiguillent dans de mauvaises directions. Ce tuto ne concerne pas les adjonctions d’activité, juste la création. Pour l’adjonction d’une activité, le site de l’INPI n’est pas encore au point, il vaut mieux vous rendre sur l’ancien site cfe.urssaf.

Rappelons que les artistes auteurs sont des travailleurs non salariés, assimilés à des entreprises individuelles. Rappelons aussi que dès que l’on touche des recettes artistiques, on doit les déclarer. Sinon, c’est du travail dissimulé, autrement dit du travail au noir.

Premier conseil avant de commencer le tuto !

La création d’une activité d’artiste auteur ne se décide pas sur un coup de tête. En effet, dans le formulaire, on vous demande d’effectuer des choix fiscaux concernant vos déclarations de revenus et la TVA. Il faut vous renseigner en amont pour vous décider en toute connaissance de cause.

Avant le formulaire, inscrivez-vous au guichet unique

Avant de pouvoir déclarer votre activité, vous devez vous créer un compte sur le guichet unique de l’INPI. On accède au guichet à cette adresse : https://procedures.inpi.fr/. Vous pouvez le faire de deux manières : en utilisant le service France Connect ou votre e-mail.

Pour vous enregistrer avec votre e-mail, vous cliquez sur « Créez-vous un compte » colonne de droite.

  • Une fenêtre s’ouvre, vous indiquez votre e-mail, vous choisissez un code d’accès d’au moins 12 caractère, avec au moins une majuscule et un caractère spécial (@$#!?*&=_<>%*).
  • Vous renseignez ensuite vos coordonnées. Les zones avec une étoile rouge sont obligatoires
  • Enfin , on vous demande si vous êtes un compte administrateur. Laissez cocher sur « non » pour gérer vous-même votre propre activité.
  • Un message vous indique que vous allez recevoir un e-mail avec un lien pour activer votre compte.
  • Guettez votre boîte aux lettres, vous n’avez que 5 jours pour activer votre compte !
  • Une fois le lien cliqué, vous devez vous reconnecter sur le portail e-procedure pour effectuer vos démarches.
Le mail de l’INPI

FIN DE LA CRÉATION DE VOTRE COMPTE, HOURRA !


bras, muscle, picto

ON ATTAQUE LE GROS MORCEAU !

Sélectionnez la bonne procédure

Vous vous êtes connecté sur le portail e-procédures de l’INPI. Vous arrivez alors sur une page qui décrit toutes les démarches possibles sur ce portail. La colonne bleue de gauche est celle qui nous intéresse.

  • Cliquez sur « déposer une formalité de création d’entreprise (sur Guichet Unique) ». Les artistes auteurs sont en effet considérés comme des entreprises individuelles par l’Administration.
  • Une fenêtre s’ouvre. 0n vous demande d’accepter les conditions d’utilisation du site. Pas le choix, il faut cocher la case pour continuer.
  • Page suivante, plusieurs formalités sont proposées. Il faut cliquer sur le pavé en haut à gauche : « Créer une entreprise« 

Création de votre entreprise

La nouvelle page qui s’ouvre vous pose une série de questions. En fonction de vos réponses, les questions changent en s’adaptant à vos choix.

  • La forme de l’entreprise : entrepreneur individuel
  • Un artiste auteur ne peut pas choisir le régime de la micro-entreprise. Attention ne vous trompez pas, il faut cocher non.
  • A priori, il ne s’agit pas de l’extension d’une entreprise étrangère, ou d’une entreprise agricole. Il faut cocher non.
  • Pour la dernière question, l’entrepreneur a-t-il déjà exercé une activité non salariée en France, il faut répondre non, sauf si vous avez eu une activité non salariée que vous avez cessée.

ÉTAPE 1

Précisez l’identité de l’entreprise

Après avoir cliqué sur continuer, nouvelle page.

  • Vous devez donner un nom à votre dossier. Ce nom est pour votre usage personnel, il n’a aucune incidence sur les démarches sur le guichet unique de l’INPI.
  • Les éléments suivants de la rubrique « Nature de la création » vous rappellent vos choix de la page précédente.
  • Sur le côté, un chemin de fer vous indique où vous en êtes dans les étapes de votre déclaration. Vous n’êtes pas obligé de faire les étapes dans l’ordre, mais il vaut mieux.

Volet sur l’entrepreneur

Dans cette partie du formulaire, on vous questionne sur votre identité et votre numéro de sécurité sociale

  • Remplissez vos données personnelles. Si vous êtes une femme mariée, vous pouvez indiquer dans la case « nom d’usage » le nom de famille (votre nom d’épouse par exemple) qui déterminera ensuite le nom de votre entreprise individuelle (dénomination sociale).
  • Dans le pavé « adresse de l’entrepreneur » marquez votre adresse personnelle.
  • Indiquez ensuite votre e-mail et votre téléphone

Dans le volet social de l’entrepreneur, des cases sont déjà pré-cochées : « non » pour l’exercice d’une activité simultanée (mais vous pouvez cocher « oui » si vous êtes salarié par exemple), « non » pour la demande d’Acre (Les AA n’y ont pas droit)

  • Indiquez votre numéro de sécu, votre organisme d’assurance maladie
  • La case activité antérieure ne concerne que les activités libérales. Cochez « oui » que si vous avez déjà eu une activité libérale, sinon laissez sur « non »
  • Cochez non pour les autres cases  
  • Si vous avez indiqué(e) être marié(e), un bloc supplémentaire apparaît. Indiquez aucun pour la fonction de votre conjoint(e).

Volet sur l’adresse de l’entreprise

Cette partie du questionnaire renseigne la localisation effective de votre activité d’artiste auteur. En fonction de votre réponse à la première question, de nouveaux champs apparaissent.

  • Si vous domiciliez votre activité d’artiste-auteur à votre domicile : dans ce cas, répondre OUI à la première question et les autres seront automatiquement cochées en NON.
  • Si vous domiciliez votre activité à votre domicile, un long laïus apparaît vous avertissant que cette adresse sera alors publique, vous devez cochez une case pour accepter.
  • Si vous avez un atelier en-dehors de votre domicile, ou souhaitez faire appel à une société de domiciliation, il faut alors répondre NON à la première question.
  • Dans le cas d’une domiciliation, on vous demandera le Siren de l’entreprise qui vous domicilie.
  • Si vous répondez oui à la question « L’entrepreneur souhaite-t-il associer l’adresse de son entreprise à son établissement ? », cela signifie qu’adresse personnelle et professionnelle sont réunies. Vous recevrez les courriers de l’Administration à l’adresse de votre activité. (pour en savoir plus, lire cet article sur la domiciliation)

Volet Contrat d’appui

Les contrats d’appui sont un programme d’aide à la création d’entreprise pour les demandeurs d’emploi ou les bénéficiaires des minima sociaux. A priori cette aide ne concerne pas vraiment les artistes auteurs (si vous en avez bénéficié pour un projet AA, merci de l’indiquer en commentaires). 

  • Cliquez non.

ÉTAPE 2

Qui compose votre entreprise ?

Rassurez-vous, cette étape va être beaucoup plus rapide que la précédente !

Le formulaire vous demande si des personnes peuvent engager votre entreprise, c’est-à-dire la représenter vis-à-vis de l’Administration. Cela ne concerne pas les artistes auteurs qui gèrent seuls leur activité. À moins d’une très bonne raison, ne faites rien sur cette page et passez à la suivante.


ÉTAPE 3

Protégez vos biens

Attention, question piège si l’on est distrait !

Les artistes auteurs sont considérés comme des entreprises individuelles. Depuis un décret paru ce printemps 2022, la résidence principale des entrepreneurs individuels, et donc des artistes auteurs, ne peut plus être saisie en cas de souci financier (avant cette date, il fallait opter pour une EIRL pour que cela soit le cas).

Vous pouvez renoncer à cette insaisissabilité, mais vous n’y avez pas intérêt car c’est une mesure protectrice. Il faut donc répondre « non » à cette question !

Page suivante, on vous pose la même question pour vos résidences secondaires. Contrairement à la résidence principale, il n’y a pas de protection dans ce cas. Si vous souhaitez protéger votre résidence secondaire, il faut effectuer une procédure devant notaire et joindre le document à ce niveau du formulaire.


ÉTAPE 4

Définissez votre activité

Cette partie du formulaire vous pose une série de questions sur votre activité.

Volet sur la localisation de votre activité

  • Comme il s’agit ici d’une création d’activité, la case oui est cochée à la question de l’établissement principal.
  • Ne remplissez rien pour le nom commercial. Les artistes auteurs ne sont pas des commerçants.
  • À l’adresse de votre établissement, indiquez selon le cas votre adresse personnelle, l’adresse de votre atelier ou de votre entreprise de domiciliation.
  • En ce qui concerne les salariés, a-priori si vous débutez, vous n’en avez pas. Cochez non.

Volet sur la nature de votre activité d’artiste auteur

En cliquant sur le bouton « ajouter une activité », une nouvelle fenêtre s’ouvre vous demandant de la décrire. Cochez les boutons tel qu’indiqué sur l’image ci-dessous.

  • Pour la date de début d’activité, indiquez la date de dépôt du formulaire.
  • Pour la « description détaillée » de l’activité, le syndicat d’artistes le CAAP conseille cette formule : « conception et création d’œuvres originales au sens de la propriété intellectuelle. » EDIT 10/05/2023 : il semblerait que la Sécurité sociale des artistes auteurs refuse désormais cette mention (ce qui est très étonnant). Vous pouvez compléter la phrase avec votre activité principale d’artiste : par exemple, sculpteur, artiste peintre… La mention « artiste plasticien » ne serait pas acceptée. Ne rentrez pas dans les détails pour éviter le refus d’affiliation. Votre activité doit correspondre aux activités éligibles au régime artiste-auteur.
  • Cochez « non » pour le précompte, car le précompte ne concerne que les auteurs payés par des éditeurs, les producteurs, les organismes de gestion collective de droits d’auteurs (comme l’ADAGP, la SACEM). De plus, le précompte est à éviter, car il est moins avantageux en terme de cotisations sociales que les revenus non précomptés déclarés en BNC. À noter : si vous êtes un auteur uniquement payé en précompte, vous n’avez pas besoin d’effectuer cette démarche de création d’activité auprès de l’INPI.

La catégorisation de l’activité doit être remplie avec attention, surtout la dernière case. Car si votre métier est mal compris par l’Administration, vous risquez de ne pas être enregistré comme artiste auteur.

En remplissant la case Catégorisation 1, de nouveaux champs s’ouvrent précisant au fur et à mesure votre activité grâce à des menus déroulants.

Voici ce qu’il faut répondre jusqu’au niveau 3.

ATTENTION, le champ « Catégorisation 4 de l’activité » peut tout faire dérailler !!! En effet, il liste différents types d’activités, dont certaines relèvent du spectacle vivant, et d’autres qui pourraient conduire à un mauvais code APE par l’Administration

  • Les catégories qui ne posent pas problème sont : création artistique relevant des arts plastiques et graphiques, création d’œuvres littéraires et dramatiques, création d’œuvres musicales et chorégraphiques, critique d’art, de musique, de littérature
  • Les catégories à éviter sont : production de spectacle, artiste de spectacle, activités  de soutien, fabrication de décors, costumes et accessoires de spectacles. Elles ne concernent pas les artistes auteurs, mais les artistes intermittents du spectacle. Ces rubriques ne devraient pas se retrouver ici.
  • Pour les autres rubriques, selon l’appréciation de l’Administration, vous pouvez vous retrouver avec un mauvais code APE, et  votre dossier ne pas être orienté vers l’Urssaf artiste auteur. Donc, mon conseil est de choisir de préférence entre les 4 catégories qui ne posent pas problème.
Par exemple : un artiste peintre ou un sculpteur doivent ainsi remplir le formulaire.
  • Quand vous avez rempli les 4 champs de la catégorisation, un texte apparaît indiquant « Vous avez déclaré une activité libérale ». Pas de panique tout est normal, les AA sont considérés comme une activité libérale par l’administration fiscale.
logo, Guide de l'artiste, palette

Code APE : kezako ?

Le code APE est attribué par l’INSEE (les services de la statistique) pour identifier votre activité professionnelle. Les artistes auteurs des arts visuels se voient attribuer le code 90.03 A. Les autres artistes auteurs (écrivain, réalisateur, traducteur, etc), le code 90.03 B.

Si on vous a attribué un code 90.03 B au lieu de 90.03 A (et vice versa) ce n’est pas très grave. Par contre, si vous avez un code différent, cela peut avoir des implications au niveau des impôts et des autres administrations.

  • Autre question sur le type d’origine, choisissez « création »

Volet Nom de domaine

La question du nom de domaine de votre site internet est facultative, (il n’y a pas la petite étoile rouge), vous pouvez ne pas la remplir.

Ouf, vous arrivez au bout de l’étape 4


ÉTAPE 5

Choisissez comment vous allez payer vos impôts et déclarer votre TVA

Comme son nom l’indique, toute cette partie du formulaire concerne vos choix fiscaux. Vous allez être un peu perdu si vous n’y avez pas réfléchi avant d’y répondre. Sachez cependant que ces choix ne sont définitifs. Il est possible de changer ces options au cours de votre activité d’artiste en respectant certaines conditions.

Déclaration contrôlée ou micro BNC ?

  • Pour le régime d’imposition, les artistes auteurs ont le choix entre la déclaration contrôlée (appelée aussi « au réel ») et le régime spécial (appelé aussi « micro-BNC »).
  • Ne cochez pas impôt sur les sociétés qui ne concerne pas les AA.
logo, Guide de l'artiste, palette

Déclaration contrôlée et régime spécial : quelles différences ?

Dans le régime spécial BNC, vous déclarez chaque année simplement vos recettes, les impôts calculent forfaitairement vos charges en pratiquant un abattement de 34 % sur votre déclaration. Ce choix n’est possible qu’à condition que vos recettes ne dépassent pas un seuil redéfini régulièrement par l’Administration (77 700 € en 2023). Si vos revenus artistiques dépassent le seuil micro deux années de suite, vous devez passer en déclaration contrôlée. En régime micro, la « comptabilité » est minimale : vous devez juste tenir un livre journal de vos recettes.

Pour la déclaration contrôlée, vous pouvez déduire de vos recettes vos frais professionnels réels. D’un point de vue comptable, vous devez tenir un livre journal de vos recettes et dépenses, un registre des immobilisations et des amortissements. Vous tenez votre comptabilité à la main sans rature ou avec un logiciel agréé ou encore en faisant appel à un comptable. Vous effectuez une déclaration supplémentaire aux impôts (la 2035).

Pour un début d’activité, si vous ne souhaitez pas tenir de comptabilité détaillée, le plus simple est d’opter pour le régime spécial BNC. Cependant, si vous prévoyez des frais supérieurs à 34 % de vos recettes HT, vous avez tout intérêt à opter pour la déclaration contrôlée même si vous êtes en dessous du seuil.

Après avoir fait votre choix, on vous demande si vous optez pour une comptabilité créances-dettes.

  • Il faut savoir que la comptabilité des artistes auteurs est une comptabilité de trésorerie. Vous enregistrez les paiements et les encaissements à leur date d’apparition dans votre compte en banque. C’est le système le plus simple. Si c’est celui que vous choisissez, vous devez cochez non.
  • Mais vous pouvez opter pour une comptabilité d’engagement qui enregistre les dettes et les créances et qui est basée sur les dates des factures. Si vous préférez opter pour ce type de comptabilité, il faut cocher oui. Mais il vaut mieux être à l’aise avec les chiffres pour choisir cette option.

Pour bien comprendre, lisez cet article du CAAP sur ces deux types de comptabilité.

TVA or not ?

Dans le menu déroulant du formulaire, quatre choix se présentent, mais seuls les trois premiers sont possibles pour les artistes auteurs. Le mini-réel normal ne nous concerne pas.

logo, Guide de l'artiste, palette

TVA : brève explication de texte

Si vous choisissez la franchise en base, vous ne facturez pas la TVA sur vos factures, vous ne faites aucune déclaration de TVA aux impôts. C’est le plus simple. Sur chaque facture que vous délivrez à vos clients, vous devez inscrire la mention « TVA non applicable — article 293 B du CGI ». Vous ne pouvez opter pour ce régime qu’à condition que vos recettes ne dépassent pas un certain seul défini régulièrement par l’Administration  (47 600 € en 2023). À noter : comme vous ne déclarez pas de TVA, vous ne pouvez pas la récupérer sur vos achats.

Le régime réel simplifié devient obligatoire quand vous dépassez le seuil de la franchise en base , mais il est possible de choisir ce régime volontairement (notamment si vous avez des dépenses importantes, il est sans doute intéressant pour vous de récupérer le différenciel entre TVA payée et collectée). Vous êtes redevable de la TVA que vous indiquez sur vos factures. Vous effectuez une télé-déclaration par an aux impôts. Vous vous acquittez de cette TVA en deux accomptes semestriels provisionnels.

Dans le régime réel normal, vous déclarez et payez chaque mois votre TVA aux impôts. Cette option est obligatoire au dessus de 247 000 € de recettes (en 2022). À priori, ce cas est plutôt rare en début d’activité !

  • Aux deux autres questions posées, il faut à priori répondre non. L’option pour la déclaration trimestrielle (plutôt que mensuelle) si le montant annuel de TVA est inférieur à 4000 € concerne les déclarants en régime réel normal. L’assujettissement en cas d’opérations imposables sur option ne concerne pas à ma connaissance les artistes auteurs.

ÉTAPE 6

Joignez les pièces jointes demandées

On arrive enfin au bout de ce formulaire interminable !

  • On vous demande de justifier de votre identité. Vous devez joindre un scan de votre pièce d’identité recto verso, sur lequel vous aurez ajouté une mention manuscrite d’attestation sur l’honneur de conformité à l’original, d’une date et de votre signature.
  • En fonction de votre déclaration, le guichet unique vous liste des pièces jointes supplémentaires à fournir. Il faut envoyer des fichiers PDF de moins de 10 Mo.
Modèle de scan de pièce d’identité

ÉTAPE 7

Choisissez si vous voulez rendre vos infos publiques et validez !

Dans cette ultime étape, on vous rappelle toutes vos données. À ce stade, vous pouvez y revenir et les corriger.

Dans le bloc « Observations » on vous pose deux questions.

Concernant le répertoire Sirène, c’est un répertoire de l’INSEE qui recense toutes les entreprises. Ce répertoire est d’accès public, mais vous pouvez vous opposer à ce que vos données soient consultables par des tiers.

  • Si vous cochez cette case et empêchez la consultation publique, vous devrez demander par mail à l’INSEE votre avis de situation à chaque fois qu’un de vos partenaires vous le réclamera (clients, mairies, etc…)
  • Si vous ne cochez pas la case, toute le monde aura accès à vos informations. Ce sera plus simple. La contrepartie, c’est qu’en début d’activité, vous allez recevoir tout un tas de spams et de courriers bidons vous demandant de payer pour des services inutiles.

Mon conseil est de ne pas cocher cette case et de vous rappeler que la démarche de création d’entreprise est GRATUITE et que si l’on vous demande de payer quelque chose, c’est louche.

Concernant la question sur la prospection, cochez non pour éviter de recevoir des courriers et des e-mails publicitaires intempestifs.

Point final à cette démarche, on vous demande de vérifier votre adresse de contact. Et vous pouvez ensuite valider votre dossier. Avant d’appuyer sur le bouton fatidique, VÉRIFIEZ toujours bien vos infos. Vous pouvez télécharger un document de synthèse qui vous permet de vérifier toutes les informations communiquées.

Pour valider définitivement votre déclaration, il faudra la signer électroniquement (n’oubliez pas cette ultime étape). Dans le cas de la création d’une activité d’artiste auteur, il n’y a aucun frais à payer.


Que se passe-t-il ensuite ?

Vous allez recevoir un e-mail de confirmation et différents courriers de nos chères administrations !

  • Un courrier de l’Urssaf du Limousin (Urssaf artistes auteurs) vous permettant d’activer votre espace personnel sur son site. Il faudra tout de suite vous y rendre pour MODULER. Si vous n’avez pas encore reçu ce courrier et que la date limite pour moduler approche, il faut appeler l’Urssaf du Limousin au 0806 804 208 et demander à votre interlocuteur qu’il module pour vous, car vous êtes dans l’incapacité de le faire sans ce code. En général, cela ne pose pas de problème.
  • Un courrier des Impôts avec votre « mémento fiscal » (qui rappelle toutes vos options fiscales). Certains artistes auteurs reçoivent aussi souvent des questionnaires concernant la Cotisation foncière des entreprises (CFE). Mais dans la majorité des cas, ils sont exonérés de CFE. Je ferai bientôt un article pour expliquer comment réagir quand on reçoit ce type de courrier.
  • Un courrier de la sécurité sociale des artistes auteurs. Lisez mon article pour bien comprendre le rôle de ces différents organismes.
  • Un courrier de l’INSEE avec votre certificat d’immatriculation au répertoire Sirene (contenant votre numéro de Siret et code APE).

BRAVO, vous êtes officiellement artiste auteur !

bravo

Pratique : retrouvez votre brouillon

Comme vous avez pu le voir, remplir le formulaire prend du temps. Heureusement vous n’êtes pas obligé de le remplir d’un coup. Vos informations s’enregistrent au fur et à mesure. Vous pouvez quitter la procédure et y revenir. Pour cela, vous devez vous reconnecter sur votre compte INPI. Vous choisissez « Déposez une formalité de création d’entreprise », ensuite vous retrouvez votre dossier dans la rubrique brouillon.


Partagez votre expérience !

Que pensez-vous de ce formulaire de l’INPI ? Le trouvez-vous compliqué ? Avez-vous hésité à certaines rubriques ? Votre inscription s’est-elle bien passée ? Dites-moi tout en commentaire !


L’AUTEURE

Valérie Auriel

Artiste peintre et journaliste, Valérie est une grande curieuse, assez perfectionniste (limite maniaque 😉 ). Elle met en synergie ses deux expériences professionnelles pour débroussailler la jungle administrative des métiers des arts visuels, explorer leurs coulisses. Et elle partage avec vous ses connaissances pour que vous exerciez votre art en toute sérénité !


Partagez si vous aimez ! Merci ! xxx

5 1 vote
Évaluation de l'article
Abonnez-vous
Notification pour
guest
64 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Laurence

Merci pour votre aide
ce tuto m’a été d’un grand secours

Delphine

Bonjour, j’aurai une question au sujet de la catégorisation de l’activité. Je pratique les arts-plastique ET la photo, hors ce sont deux catégories différentes. Dois-je / Puis-je obtenir 2 statuts d’artiste-auteur?
Je ne pratique pas de shooting photo, plutôt de la photo « d’art » (paysage, macro, évènementiel), et aimerai donc exposer (et tant qu’à faire essayer de vendre). Savez-vous comment puis-je cumuler les 2?
Par avance Merci.

Clara

Bonjour,

ATTENTION GRAPHISTES !

Ce qu’il ne faut pas faire dans les catégories :
Activités de services > Activités spécialisées scientifiques et techniques > Activités spécialisées de design

Ce qu’il faut faire :
Activités de services > Arts, culture et divertissement > Activités artistiques, créatives et de spectacle > Autre activité artistique
Et toujours cocher artiste-auteur.

Si vous avez fait la mauvaise inscription, radiez votre première entreprise de « travailleur indépendant » lambda à sa date de création, pour éviter de payer des cotisations (même sans revenus).

Aurore

Bonjour,

Je ne sais pas trop quoi écrire pour la description détaillée pour définir notre activité, c’est assez délicat. Est-ce que ce genre de description peut convenir ?

Création de tableaux ( aquarelle, pastel, collage, graphite) vente d’ œuvres originales et de produits dérivés ( impressions, posters, carte postale …) , réalisation sur commande pour particulier et entreprise.

Suz

merci du fond du coeur, ce tutoriel pas à pas m’a été d’une grande aide pour une tâche que j’appréhendais, vraiment merci !

Amelie

MERCI MERCI MERCI

Guy

Bonjour
Je suis retraité…Dans la partie VOLET social de l’entrepreneur, il faut cocher OUI pour l’activité simultanée !
Retraité est-ce une activité ?
Merci beaucoup sur cet article qui donne confiance pour se lancer dans la « paperasse administrative »

laurent Bibas

Très clair et fortement utile. Merci

yoann

Bonjour Valérie,
Merci infiniment pour cet article précieux qui nous apporte beaucoup plus d’informations et de détails.

Pour ma part, étant auto-entrepreneur, je souhaitais réaliser une modification d’entreprise pour ajouter le statut d’artiste auteur. Or quand je valide le formulaire final, un message d’erreur s’affiche m’indiquant que le statut artiste auteur n’est pas compatible avec le régime micro-entrepreneur.

Est-ce que vous ou quelqu’un de la communauté aurait une explication à m’apporter car je pensais justement que ces deux statuts pouvaient être cumulés. Je suis un peu perdu dans cette procédure.

Merci à vous !
Yoann

Aurélie

Je vais bientôt m’inscrire en tant que artiste-auteur pour la peinture et après avoir lu vos articles très instructifs je me pose encore quelques questions. 

– En étant artiste-auteur peut-on vendre des produits dérivés de nos peintures ( cartes postales, calendriers, poster etc ) ?

– Est-on obligé de cotiser à la maison des artistes ? 

– Combien doit-on débourser pour être artiste-auteur tant qu’aucun gain n’est perçu ? 

– En combien de temps obtient-on le numéro de Siret ? ( c’est pour participer à une exposition en octobre )

– Est-il intéressant de cumuler artiste-auteur et auto-entrepreneur ? 

Sincères remerciements pour vos réponses. 

Agréable soirée. 

Aurélie

Géraldine

Bonjour
Merci pour toutes ces explications très utiles.
J’ai toutefois une question concernant la rubrique « volet social de l’entrepreneur ». Je suis actuellement salariée relevant du régime agricole et je commence une petite activité complémentaire d’auteur. Dans cette rubrique j’ai choisi « agricole » dans « organisme d’assurance maladie »…sachant que cela restera le cas puisque je suis toujours salarié agricole. Est ce bien cela ? Etant donné que les auteurs relèvent du régime général, j’ai un doute…
Merci pour votre aide

delisle guylene

Bonjour, merci pour vos article, une question je suis auto entrepreneur autre création artistique activité animatrice en art plastique, mais je voudrais exposer et vendre mes œuvres. Que dois je faire.? merci pour votre réponse.

Jeremy

Bonjour Valérie,

Une petite question: artiste-auteur de profession, j’ai déclaré un début d’activité fin 2021 début 2022 (avec l’aide de vos précieux conseils, d’ailleurs, un grand merci) en micro-BNC, notamment pour les rencontres, tables rondes, etc… URSSAF, CFE, tout y est passé. Mais aujourd’hui, je découvre l’INPI (j’ignorais jusqu’alors l’existence de ce nouveau guichet créé au début de l’année, je n’en ai pas été informé). Ma question est: mon dossier va-t-il automatiquement être redirigé vers cet organisme ou dois-je tout recommencer? Car si je pouvais éviter de me replonger dans ce marasme administratif (je n’en peux plus!!!), j’avoue que ça m’arrangerait assez. Je vous remercie pour votre future réponse, vous nous êtes d’une grande aide. 🙂

Mark

Bonjour Madame et merci beaucoup pour ce guide qui m’a beaucoup aidé.
Sinon, il faudrait peut-être ajouter que nous devions signer le document (signature électronique) à la fin.

Cordialement,
Mark

Sophie

Merci beaucoup Valérie pour ce Guide très clair et très renseigné !
Cela m’a été d’une très grande aide !!!

Je n’ai malheureusement pas lu à temps les commentaires sur le refus de la phrase « conception et création d’œuvres originales au sens de la propriété intellectuelle », par l’administration aujourd’hui. J’attends leur retour et vous tiendrai au courant en commentaires, pour aider les futurs inscrits !

Merci encore et belle journée,
Sophie

Ps : il manque le ENT au COMMENT se déclarer à l’INPI dans le titre de l’encadré bleu, mais je ne suis peut être pas la première à vous l’indiquer ;°)

Charlotte

Bonjour et mille mercis pour votre guide pas à pas qui m’a beaucoup aidé et rassurée !
Il me reste un dernier doute avant de valider…
Dans la partie volet social :
Activité antérieure : oui/non. De quoi s’agit-il ? J’ai eu un emploi auparavant, dois-je cliquer sur oui ?
Et juste après :
Conjoint : aucun/collaborateur/salarié. Mon conjoint n’a rien à voir avec mon activité, je clique Aucun ?
Merci encore !

bob

bonjour, j’ai rempli le formulaire, mais je n’ai pas reçu le code APE. Est-il envoyé par e-mail?

Bernard

Bonjour, j’ai fait la demande et voici ce que l’INPI me répond : « nous ne pouvons la traiter. L’activité « conception et création d’œuvres originales au sens de la propriété intellectuelle » que vous avez déclarée est trop vague, et elle ne nous permet pas de la codifier. Merci de bien vouloir déposer une nouvelle demande: – en rappelant la référence J0001 971283 5 – en précisant la nature des œuvres créées, et leur destination (particuliers, entreprises …) »
Que faut-il faire ? est ce déjà arrivé à quelqu’un

Catherine

Bonjour Valérie, Merci tout plein pour ce fil d’Ariane détaillé qui m’a bien aidée à franchir toutes les étapes du labyrinthe! J’attends maintenant la réponse de l’Urssaf 😊 Très cordialement, Catherine

Bernard

Mille mercis, car le questionnaire est assez laborieux et sans vos explications très claires, j’aurai abandonné. Je suis arrivé à la pièce jointe, c’est presque fini. Bonne journée

Benoît

Bonjour Valérie, merci beaucoup pour votre site, vos informations et toutes ces excellentes marche-à-suivre pour pouvoir se lancer en tant qu’artiste auteur !

J’avais cependant quelques questions étant intermittent du spectacle (comédien et technicien), avant de finaliser ma demande et faire ma modulation :
J’écris des pièces de théâtre et je vais commencer à toucher des droits d’auteur que je souhaite passer en BNC. Je vais en toucher très peu pour le moment mais en toucher quand même et il faut que je facture botamment pour mai 2023.

1) Dois-je cocher ou non le fait que j’ai une activité simultanée ? vu que je travaille à côté en tant qu’intermittent ? ou cela n’a rien à voir ?
2) Dans la partie création, juste après les catégorisations, dois-je cocher oui ou non à « artiste/auteur ». Par rapport au régime de sécu : j’ai peur que cela mette le bazard par rapport à mon intermittence et au fait que je sois affilié déjà au régime général pour la sécu. Que dois-je faire ?
3) J’avais créé une micro entreprise dans le domaine de l’aide au spectacle vivant (autorisée pour les intermittents si non-assujetissement à l’activité principale), activité fermée depuis belle lurette. Dois-je déclarer que c’est une reprise ou tout simplement une création ?
4) Pour les déclarations URSSAF, sachant que je vais déclarer mon début d’activité pour début mai, si je module en déclarant mon revenu de mai avant juin, pas de risque que je paie des cotisation du T1 ? Quid des autres trimestres, sachant que je sais que je ne toucherai rien, je dois faire mes modulations à 0 j’imagine et tout au long de l’existence de mon activité d’artiste auteur ?
5) Enfin, en tant qu’intermittent, je déclare chaque mois lors de mon actualisation mon activité, celle d’artiste/auteur doit-elle être déclarée chaque mois après de mon Pôle-Emploi ? ou cela n’a t il rien à voir (je le faisais lors de ma micro entreprise, comme cette partie était obligatoire) ?
Merci par avance de vos réponses.
Artistiquement vôtre,
Benoît.

Alice

Bonjour,
Merci infiniment pour cet article qui m’a permis de me lancer dans la procédure avec des balises sur le chemin. J’ai suivi à la lettre. Par contre au final, à ma grande surprise, le code APE attribué est 9003B (autres créations artistiques plutôt attribué pour les écrivains, réalisateurs…) alors que j’avais bien indiqué en catégorie 4 « création artistique relevant des arts plastiques ». J’ai bien lu que ça n’avait pas trop d’importance mais ça me pose question qd même car ça ne correspond pas à mon activité finalement. Suis-je le seul cas comme ça? Me conseillez-vous de demander un changement? Merci

Véronique

Bonjour Valérie, tout d’abord je tenais à vous dire un grand MERCI car grâce à vous, l’enregistrement de mon activité s’est déroulée sans encombre. Sans votre précieuse aide, je pense que j’aurais été un peu perdue pour renseigner certains champs…
Elle a été validée aujourd’hui et le seul « hic » est que malgré que j’ai renseigné les champs à la lettre, je découvre que l’on m’a attribué le code APE 90.03B. Vous expliquez que cela n’est pas bien grave alors cela me rassure 🙂 mais que cela peut-il impliquer sinon ?… Qu’en pensez-vous svp ?…
Autre question : Ils m’ont enregistré sous mon nom de jeune fille alors que je suis mariée, est-ce normal ?
Et enfin, pensez-vous que je peux m’inscrire d’ores et déjà sur le site de l’URSSAF afin de moduler ? ou dois-je attendre de recevoir des papiers de leur part ? idem pour l’inscription au 2S2A ?… et l’obtention du Kbis ? (je suis en BNC).
Désolée de tout ce flot de questions 🙂
Passez un très beau week-end de Pâques et encore MERCI pour tout !!! 🙂

valérie

Merci mille fois pour vos explications lumineuses !
Je trouve le document assez complexe, pas dans sa rédaction en tant que telle, il n’est pas si long que ça, mais dans les notions à connaitre pour le remplir. Régime, tva, etc…
(Je ne l’ai pas encore finalisé et je suis un peu surprise car en pièce jointe on me demande une Attestation de renonciation à la protection du patrimoine personnel, je ne sais aps si c’est normal et habituel.)
Valérie

64
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Téléchargez le Guide GRATUIT des 110 sites indispensables pour les artistes

ebook gratuit

Dans ce guide pdf, j’ai recensé plus de 110 sites internet très utiles : matériel moins cher, services d’impressions ou d’encadrement, conseils aux artistes, comptabilité en ligne, etc… Très pratique : les liens sont cliquables et directement accessibles !